Analyse 2018 – 11/15 : « Trilogie des toilettes – Tome 1 – Pas (de) mon genre, ces toilettes »

Classé dans : Analyses 2018 | 0

Les toilettes des filles, les toilettes des garçons, quels endroits remplis de mystères lorsqu’elles appartiennent au genre qui n’est pas le sien. On imagine ce qui peut s’y passer, les discussions qui peuvent y avoir lieu, les « blagues », les moments particuliers, les dessins sur les murs, etc.

 

Et pourtant … dès que le vernis du mystère est un peu gratté, nous nous retrouvons dans des lieux souvent froids, odorants, inhospitaliers, parfois délabrés, peu équipés et surtout, bondés. Nous ne parlerons pas ici de l’état de certains sanitaires, de leur nombre, de leur accès ou de la surveillance qui s’y déroule. Non, nous allons toucher à quelque chose de plus délicat, de plus risqué, de plus ancré : la neutralité des toilettes ! Ça y est, les mots tabous sont sortis ! Vous êtes potentiellement en train de vous énerver derrière votre écran en vous disant « ça y est, on va encore tout chambouler, questionner des trucs qui ne devraient pas l’être », « mais pourquoi on en parle, on a toujours fait comme ça » ou encore « pfff, mais quelle idée ! Et puis quoi encore ? ». Et puis d’autres « Ah tiens, c’est vrai ça, je ne me suis jamais posé la question », voire même « Ah oui, pourquoi il n’y en a pas plus ? »

 

Les toilettes, comme espace « d’intimité », tout comme les vestiaires par exemple, cristallisent des identités de genre qui se construisent au fur et à mesure de notre scolarité. On nous classe dans un vestiaire, celui des filles ou des garçons, dans un type de toilettes, celles des filles ou des garçons. Ces espaces laissent-ils une place à tous les enfants et les jeunes ? À celles et ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette classification ? Qui ne se sentent pas bien dans leur peau ? Qui ne comprennent pas l’intérêt d’une telle séparation ? Est-ce que ces jeunes ont vraiment la possibilité d’exprimer ce malaise ? Est-ce que l’institution scolaire serait prête à les écouter ?

 

Ce premier opus de la « Trilogie des toilettes » se penchera sur les rapports de genre induits par l’utilisation ou non de sanitaires à l’école. De quoi se pencher sur une question sensible au niveau des enjeux et des rapports sociaux qui se cachent derrière.

 

Lire l’analyse dans son intégralité : « Trilogie des toilettes – Tome 1 – Pas (de) mon genre, ces toilettes »,une analyse de Daphné Renders.