Les filles sont-elles nulles en math ? Une réalité pour certains, un stéréotype pour d’autres, mais qu’en est-il ? Au-delà du stéréotype, en filigrane, on peut lire la question du genre mais aussi celle de l’intelligence innée ou acquise. Le domaine est vaste et connaitre les arguments développés par les uns et les autres permet de mieux voir les enjeux d’une question de départ qui pourrait paraitre anodine.

Le catch est-il un sport? Non, ce n’en est pas un. Et est-ce du «chiqué»? En fait, non. Mais alors, le catch, c’est quoi? Du propre aveu de ceux qui le pratiquent, il s’agit d’un sport de divertissement. Bien sûr, on ne peut se contenter d’une telle définition de la pratique du catch. Beaucoup de questions se posent quant à la pratique, mais aussi quant aux effets que la diffusion de tels programmes peut avoir sur les téléspectateurs les plus jeunes.

L’inscription des élèves en première secondaire est devenue un point épineux auquel se sont attachés différents décrets. Aujourd’hui, on peut se poser la question de savoir ce qui nous a menés là où nous en sommes aujourd’hui. Aussi, dans un contexte belge où la liberté de choix d’école a été consacrée, des stratégies voient le jour pour maximiser les chances de son ou ses enfant(s) d’accéder au meilleur enseignement qui soit.

Notre Terre se réchauffe-t-elle ? Que la réponse soit oui ou non et que la faute en incombe à l’homme ou pas, faut-il dans le doute s’abstenir d’agir en matière écologique ? Résolument non. Que ce soit le monde politique, associatif, scientifique ou la société civile, presque tous, aujourd’hui, contribuent peu ou prou à faire évoluer les mentalités dans le sens d’une plus grande responsabilisation de chacun envers notre planète – certains moins et d’autres plus.

Nous avons une tradition de vote en Belgique qui nous amène quasi tous les ans aux urnes pour les différentes instances composant notre pays. Si un scrutin implique que les citoyens électeurs doivent se rendre dans un bureau pour émettre leur vote, qu’est-ce qui pratiquement permet aux Belges d’émettre leur opinion politique ? Un jour d’élection implique plusieurs semaines de travail à plein temps de la part d’hommes et de femmes qui oeuvrent dans les administrations publiques.

Alors qu’il s’agit d’une des quatre institutions politiques de l’union, le Conseil européen institue les lignes directrices aux politiques menées par l’Union européenne. De la sorte, c’est au Conseil que revient la tâche de déterminer les priorités politiques. Il joue aussi un rôle important dans le processus de modification des traités. Les réunions du genre traitent de nombreux domaines politiques dont bien sûr l’enseignement. En l’espèce, il est intéressant de savoir comment la présidence belge du Conseil suit une logique européenne.

Aujourd’hui, les femmes sont présentes en nombre sur le marché du travail. Cette révolution a été opérée durant la deuxième moitié du  XXe siècle et a considérablement modifié la structure du marché de l’emploi. Mais ce bouleversement est-il total ? La place de la femme sur le marché du travail est-elle enviable ou, à tout le moins, la même que celle de l’homme ? Poser la question est sans doute déjà donner un élément de réponse.

Pour que les informations circulent « du bas vers le haut », des parents vers l’Ecole, les parents doivent être organisés collectivement. Tel est le rôle des Associations de parents. Le mode de participation parentale collective devrait permettre aux parents d’exercer un droit qu’ils ont acquis : celui d’entrer dans l’école dans des instances d’avis, celui primordial d’avoir accès aux informations nécessaires relatives à l’organisation de la vie scolaire.

Tous les ans, fin juin, c’est la même chose : le Conseil de classe se réunit ! Rien qu’à cette idée, nombre d’élèves et de parents se crispent, attendant avec plus ou moins d’anxiété la décision du Conseil. Or, si l’on ne retient généralement que la sanction, celle-ci ne se trouve qu’en bout de processus. Quid du déroulement d’un Conseil de classe ?

Pour récolter de l’information sur un phénomène qui touche une population, on peut procéder à une enquête exhaustive (c’est-à-dire qui prend en compte tous les avis dela  population  concernée).  Mais est-ce réalisable à chaque fois que l’on désire connaître l’avis d’une population à une politique menée, un fait de société, un goût pour  un  produit  ou  encore  une  habitude  alimentaire ?

Chaque année, c’est la même chose : en période estivale, le sport est à l’honneur :Roland Garros, Coupe du monde de football en Afrique du Sud, Tour de France, Wimbledon, Championnat d’Europe d’athlétisme à Barcelone pour ne citer que ces événements, s’enchaînent sur le petit écran. Ces compétitions,  dont le retentissement est planétaire, regroupent le gratin sportif des différentes disciplines sportives, l’occasion de voir les meilleurs des meilleurs s’affronter et ainsi véhiculer les valeurs du sport. Mais à propos, quelles sont-elles ?

Peut-être vous êtes-vous inquiétés ou avez-vous été étonnés face à la polémique suscitée par les résultats au Certificat d’études de base (CEB) de juin 2010 ? Que signifierait ce taux si incroyablement élevé de réussite ? De 2009 à 2010, on est passé d’un taux de 89,4 % à un taux de 94,5 %, soit une augmentation de plus de 5 % en à peine un an ! Des chiffres qui devraient réjouir, et pourtant… On verra, dans cette analyse, que ce taux de réussite globale doit être relativisé et que, pour certains, l’épreuve  du  CEB  n’est  pas  si  facile !  Cela  étant,  l’amélioration  des  taux  étant exceptionnelle, il convient de se poser deux questions essentielles :  qu’est-ce  qui explique ces meilleurs taux ? Que représente l’obtention du CEB en regard de l’articulation primaire-secondaire ? Ces deux questionnements seront au cœur de cette analyse.

Ça devait bien arriver un jour, vous voici en train d’essayer de discuter nucléaire avec votre ado : dossier sciences en préparation + emballement médiatique autour du train chargé de déchets radioactifs de France vers l’Allemagne = un débat familial en vue. L’analyse qui suit pourrait peut-être vous être utile !

Les parents d’enfant  scolarisé dans l’Enseignement spécialisé ou dans les années complémentaires du premier degré de l’enseignement secondaire devraient avoir entendu parler du Plan Individuel d’Apprentissage. Mieux encore, ils devraient avoir participé à son élaboration puisqu’il s’agit, depuis 2004, d’un outil de travail obligatoire pour les écoles accueillant des enfants « à besoins spécifiques ». Si, au départ, les parents pouvaient être associés à son élaboration, le législateur a depuis revu sa copie. Désormais, les écoles spécialisées doivent inviter les parents et sont tenues de prouver ce qu’elles ont mis en œuvre pour cette coopération parents-écoles.

Tous les trois ans, c’est l’effervescence en matière d’enseignement : le verdict des tests PISA tombe. Cette année, bien que la maîtrise des sciences et des mathématiques soit jaugée, c’est la lecture qui – comme en 2000 – est à l’honneur. Dans le registre des satisfactions, on peut noter que la moyenne de la Communauté française a augmenté en lecture. Youpi ! Mais hélas, voilà résumés en une ligne et demie les éléments encourageants qui concernent l’enseignement francophone en Belgique. Une ligne et demie ! Et les esprits les plus railleurs de rajouter que  la formulation aurait pu être plus concise encore…