Les associations de parents de l’officie invitent a choisir deux heures de citoyennete article parut le 31 août 2016 sur RTBF.be

Les associations de parents de l’officie invitent a choisir deux heures de citoyennete  article parut le 31 août 2016 sur RTL.be

Interview de Joëlle Lacroix, les mesures de sécurité niveau 3 et 4, fermeture des écoles, article paru le 24 novembre 2015 sur lemonde.fr

Interview de Joëlle Lacroix, les mesures de sécurité niveau 3 et 4, fermeture des écoles, article paru le 24 novembre 2015 dans le Wall Street Journal Belgium

Interview de Joëlle Lacroix, les mesures de sécurité niveau 3 et 4 et la fermeture des écoles, article paru le 25 novembre 2015 dans L’Echo.

Interview de Joëlle Lacroix, sur la limite du redoublement en maternelle, article paru le 04 juin 20115  sur la RTBF.be

Religion, morale ou… rien: les parents doivent choisir le 8 mai, article paru le 17 avril dans la DH.

La ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet (cdH), vient d’envoyer une circulaire dans les écoles officielles leur demandant d’interroger les parents, qui devront signaler si leur enfant choisit religion, morale ou rien en septembre 2015.

Religion, morale ou rien? Les parents doivent choisir, article paru le 17 avril sur 7sur7.

La ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet (cdH), vient d’envoyer une circulaire dans les écoles officielles leur demandant d’interroger les parents, qui devront signaler si leur enfant choisit religion, morale ou rien en septembre 2015.

Religion, morale ou rien: c’est le moment de choisir, article paru le 17 avril dans Le Soir.

La justice a tranché :on ne peut pas forcer les enfants à choisir entre religion et morale. A partir de septembre,
des élèves pourront réclamer une dispense. Milquet prend les devants et tente de connaître leur nombre.

Cours de citoyenneté : De si apparentes convergences laïques, article paru le 20 mars dans La Libre.

Ce dimanche, les responsables de tous les cultes reconnus en Belgique et de la laïcité philosophique, ont marché ensemble pour la paix. J’ai personnellement remercié Henri Bartholomeeussen, président du Centre d’Action Laïque (CAL), pour sa présence et ses paroles ce jour-là. L’amitié que j’ai pour de nombreux laïques philosophique ne m’empêche cependant pas de rester lucide, face à l’actuel forcing, déployé pour remplacer les cours de religions et de morale laïque par un cours de citoyenneté.

Quand les parents remplacent les profs, article paru le 17 mars 2015 sur moustique.be.

Parce qu’ils estiment notre système scolaire peu adapté, de plus en plus de parents coiffent eux-mêmes la casquette d’enseignant, dans leur salon. Une bonne idée? Ça se discute…

Joëlle Milquet prépare la dispense du cours de religion pour la rentrée, article paru le 15 mars sur RTBF.be.

Deux parents ont saisi la cour constitutionnelle et l’arrêt qui vient de tomber fera jurisprudence dans l’enseignement officiel. En conséquence, le cours de religion devrait pouvoir être facultatif : les élèves pourraient revendiquer et obtenir une dispense. La ministre de l’Education, Joëlle Milquet (cdH), prépare ce système de dispense pour la rentrée de septembre. Par contre, un cours de citoyenneté, en discussion depuis des années, n’est pas encore pour cette année.

Les cours de religion ou de morale sont facultatifs dans l’enseignement officiel, article paru le 12 mars dans La Libre.

Les cours de religion ou de morale non confessionnelle dispensés dans l’enseignement officiel sont-ils obligatoires ou facultatifs pour les élèves ? C’était l’enjeu de la question préjudicielle posée par le Conseil d’Etat à la Cour constitutionnelle en mars 2014, suite au refus, en octobre 2013, de la ville de Bruxelles de dispenser Giulia, 16 ans, alors élève en 4e latin-sciences au Lycée Jacqmain, de suivre un cours (dit) philosophique.

Ce qu’il faut retenir de la polémique sur les cours philosophiques, article paru le 12 mars dans Le Soir.

Alors que la Cour constitutionnelle vient de se prononcer sur l’organisation des cours de religion et de morale, la rédaction du Soir avait organisé en janvier dernier un grand débat sur la question.

1 enseignant sur 7 n’a pas le diplôme requis, article paru le 5 février 2015 dans la DH.

Environ 15% des enseignants n’ont pas le titre requis pour enseigner dans la plupart des athénées royaux de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), qui fait face à une pénurie grandissante dans certaines matières. Ils sont 2.987 dans ce cas sur un total d’environ 23.000 professeurs.

Pacte d’excellence de Joëlle Milquet : les acteurs de l’école confiants mais prudents, article paru le 26 janvier 2015 dans Le Soir.

Elle l’avait annoncé au Soir début janvier : Joëlle Milquet, ministre de l’Education (CDH), a lancé son « pacte d’Excellence » pour l’école ce lundi 26 janvier. Pour l’occasion, elle a invité tous les acteurs de l’enseignement à Namur, au Palais des Congrès, pour le lancement officiel.

Et toi, quelle est ton école idéale?,article paru le 27 janvier 2015 dans Le Soir.

Et si on lançait une grande consultation populaire sur l’école ? C’est le leitmotiv de Joëlle Milquet (CDH), depuis qu’elle est ministre de l’Education (lire ci-contre). Nous avons profité du lancement officiel du projet, ce lundi au Palais des Congrès de Namur, pour prendre le pouls des différents acteurs de l’école.

Les cours de religion, comment ça marche?, article paru le 19 janvier 2015 dans Le Soir.

Comment les cours de religion sont-ils régulés au sein de l’école belge? Et quelles sont les pistes pour les réformer? Les clés pour comprendre.

Huit directeurs de l’officiel sur 10 pour un cours de citoyenneté, article paru le 19 janvier 2015 sur RTL.

Plus de 8 directeurs de l’enseignement officiel sur 10 se prononcent pour la suppression des cours philosophiques existants et pour leur remplacement par un cours d’éduca­tion citoyenne, selon les résultats d’un sondage mené en novembre 2012 par la Fédération des asso­ciations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo) auprès de di­recteurs, enseignants et parents, et dont fait écho La Libre Belgique lundi.

8 directeurs sur 10 pour un cours de citoyenneté, article paru le 19 janvier 2015 dans la DH.

Les directeurs sont clairement pour une révision de l’organisa­tion actuelle des cours, notamment pour une question de gestion de leur public scolaire. Plus de 8 directeurs de l’enseignement officiel sur 10 se prononcent pour la suppression des cours philosophiques existants et pour leur remplacement par un cours d’éduca­tion citoyenne, selon les résultats d’un sondage mené en novembre 2012 par la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo) auprès de di­recteurs, enseignants et parents, et dont fait écho La Libre Belgique lundi.

« Cours philosophiques et de religion, le débat se poursuit », article paru le 19 janvier 2015 sur Infocatho.be.

Tandis qu’à l’athénée d’Ans, les cours de religion et de morale « fusionnent » durant quinze jours, la Fapeo livre les résultats d’un sondage qu’elle a mené en 2012 au sujet du remplacement de ces cours par un cours de citoyenneté et le SeGEC apporte, lui, quelques précisions supplémentaires.

« Les directeurs de l’enseignement officiel sont favorables aux «cours de citoyenneté» »,article paru le 19 janvier 2015 dans Le Soir.

Plus de 8 directeurs de l’enseignement officiel sur 10 se prononcent pour la suppression des cours philosophiques existants et pour leur remplacement par un cours d’éducation citoyenne, selon les résultats d’un sondage mené en novembre 2012 par la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo) auprès de directeurs, enseignants et parents, et dont fait écho La Libre Belgique ce lundi.

« 8 directeurs de l’officiel sur 10 pour un cours de citoyenneté », article paru le 19 janvier 2015 dans La Libre Belgique.

Alors que le débat autour de la nécessité de former tous les élèves à une éducation citoyenne est revenu au-devant de la scène médiatique et politique à la suite des attentats de Paris, la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo) a livré à « La Libre » les résultats d’un sondage qu’elle a mené en ligne en novembre 2012 auprès de directeurs, enseignants et parents sur l’existence des cours de morale et religion et leur remplacement par un cours de citoyenneté.

« Cours de citoyenneté à l’école : 8 directeur sur 10 sont pour », article paru le 19 janvier 2015 dans Le Vif.

« Un cours de philo dans toutes les écoles », article paru le 13 janvier 2015 dans La Libre Belgique.

Un cours commun d’éducation à la citoyenneté devrait être instauré dès 2016 dans l’enseignement officiel. Face aux événements tragiques de ces derniers jours, « la réponse sécuritaire est bien sûr indispensable, mais elle ne sera pas du tout suffisante à long terme , estime le sociologue Marco Martiniello (ULg).

« Le ‘Pacte’ de Milquet inquiète le monde de l’école », article paru le 9 janvier 2015 dans La Libre Belgique.

Annoncé dans l’Accord de gouvernement en juillet, le « Pacte pour un enseignement d’excellence », qui devra porter sur les dix années à venir (2015-2025), est décrit comme « une démarche transversale de renforcement ambitieux de la qualité de l’enseignement pour les quatre aspects essentiels du cadre scolaire, à savoir les acteurs scolaires, les élèves, les contenus de l’enseignement et, enfin, l’organisation et les ressources » .

« En 2020, les écoles ne seront plus saturées », article paru le 14 novembre 2014 dans Le Soir.

Les écoles bruxelloises sont au bord de l’asphyxie. La création de 34000 places est prévue d’ici à 2020. De quoi combler quelque peu la hausse démographique. Les premiers chantiers s’accélèrent enfin.

« CEB, CE1D, CE2D, BAC : n’en fait-on pas trop? », article paru le 1er octobre 2014 dans Le Soir.

La scolarité sera désormais ponctuée de tests externes réguliers. Certains s’inquiètent du risque de bachotage.

« Le business du soutien scolaire », article paru le 19 septembre 2014 dans M…Belgique.

L’échec scolaire est le mal de notre école. Enseignants, parents, tous semblent démunis… Devant cette impasse, le soutien scolaire est devenu une petite affaire qui ne connaît pas la crise… Mais derrière le business, quelles sont les conséquences pour l’école, si ce n’est l’inégalité entre élèves?

« Places dans les écoles – Milquet assure que les 800 places supplémentaires seront prêtes », article paru le 29 août 2014 sur Arabel.

A la suite de certains articles de presse, la Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel (FAPEO) a exprimé son inquiétude. Elle se demande si les 800 places supplémentaires annoncées par le gouvernement précédent dans l’enseignement fondamental à Bruxelles seront bel et bien disponibles. 

« Un mouscronnois à la tête de la FAPEO », article paru le 29 aout 2014 dans l’Avenir.

Après avoir relancé l’association de parents de l’ARTEM, Luc Pirson préside la FAPEO, Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel. En juin dernier, le mouscronnois Luc Pirson a été désigné président de la Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel, organisation représentative des parents d’élèves des établissements organisés par la Fédération Wallonie-Bruxelles, les communes ou encore les provinces.

« Guerre des chiffres à Bruxelles: où se trouvent les nouvelles «classes-conteneurs»? », article paru le 29 aout 2014 dans L’Avenir.

La guerre des chiffres fait rage pour la rentrée scolaire bruxelloise. Alors que certains plaident pour une centralisation des dossiers d’inscriptions, nous dressons le tableau de la situation. 800 places supplémentaires dans le fondamental et 242 places dans le secondaire (…): voilà les données de la rentrée 2014 à Bruxelles. Des chiffres qui vont en augmentation. Et qui grossiront encore les années prochaines. Notamment grâce à des classes modulaires dont vous retrouvez les nouvelles arrivées dans la carte ci-dessus.

« Les associations de parents de l’Enseignement officiel tirent la sonnette d’alarme », article paru le 27 août 2014 sur 7sur7.

La FAPEO a tiré lundi la sonnette d’alarme à propos des parents qui ne trouvent pas une place pour leur(s) enfant(s) dans l’enseignement fondamental à Bruxelles. La situation n’est pas neuve et des parents, issus souvent d’un milieu modeste voire précarisé, s’en plaignent. 

« Places dans les écoles : Stop à la guerre des chiffres », article paru le 27 août 2014 dans La Libre.

La guerre des chiffres ne mènera à rien, d’autant plus que les places d’écoles dans le fondamental ne font l’objet d’aucune centralisation, a fait remarquer mercredi la responsable bruxelloise de la Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel (FAPEO), Véronique de Thier, après les déclarations du ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la ministre de l’Enseignement. La FAPEO a tiré lundi la sonnette d’alarme à propos des parents qui ne trouvent pas une place pour leur(s) enfant(s) dans l’enseignement fondamental à Bruxelles. 

« Rentrée scolaire : les 800 places supplémentaires seront-elles prêtes ? », article paru le 26 août 2014 sur Télé Bruxelles.

A la question « les 800 places supplémentaires seront-elles prêtes dans les écoles bruxelloises pour la rentrée », Joëlle Milquet, ministre de l’Enseignement (cdH) répond « oui ». « Les pavillons modulaires mobiles sont en cours d’installation et seront fonctionnels pour le 31 août 2014, auxquelles s’ajoutent 450 nouvelles places dans le réseau Wallonie-Bruxelles », a confirmé Joëlle Milquet. A ces places s’ajouteront les places supplémentaires créées directement par les écoles.

« Home sweet school », article paru le 26 aout 2014 dans Le Soir

Le 1er septembre ne sera pas synonyme de rentrée scolaire pour 885 enfants wallons et bruxellois. Plutôt que l’école, leurs parents ont choisi l’instruction en famille. Une tendance qui reste marginale, mais qui progresse d’année en année.

« Milquet snobe le Parlement sur les places dans les écoles ; « Qu’elle envoie tout de suite son communiqué de presse ! », article paru le 26 août 2014 dans L’Avenir.

La majorité PS-cdH a refusé de réunir cette semaine la Commission de l’Éducation à propos du manque de places dans l’enseignement fondamental à Bruxelles, à quelques jours de la rentrée scolaire. Le MR, à l’origine de la demande, a exprimé sa colère dans un communiqué.

« Un millier d’enfants sans école ? », article paru le 26 août 2014 dans Le Soir.

« Places dans les écoles – Milquet assure que les 800 places supplémentaires seront prêtes », article paru le 26 août 2014 dans Le Metro.

« Enseignement fondamental à Bruxelles : nombre de places insuffisant selon la FAPEO », article paru le 25 août 2014 sur Télé Bruxelles.

Le nombre de places disponibles pour la rentrée scolaire dans l’enseignement fondamental bruxellois semble nettement insuffisant, s’inquiète lundi dans un communiqué la Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel (FAPEO). Par ailleurs, cette dernière souligne que les 800 places supplémentaires promises avant les élections risquent de ne pas être opérationnelles pour le 1er septembre.

« Places dans les écoles – le MR demande une réunion d’urgence », article paru le 25 août 2014 dans L’Avenir.

Les Réformateurs veulent connaître les mesures qu’a prises le gouvernement pour offrir une place à la rentrée à tous les enfants en âge d’obligation scolaire.

« Places dans les écoles – Milquet assure que les 800 places supplémentaires seront prêtes », article paru le 25 août 2014 dans Le Vif.

« Nous pourrons donc compter pour cette rentrée scolaire sur l’ouverture des 800 nouvelles places à Bruxelles dans le fondamental, au travers de pavillons modulaires mobiles qui sont en cours d’installation et qui seront fonctionnels pour le 31 août 2014, auxquelles s’ajoutent 450 nouvelles places dans le réseau Wallonie-Bruxelles », a souligné Mme Milquet.

« Enseignement fondamental : à Bruxelles, le nombre de places est insuffisant », article paru le 25 août 2014 dans Le Vif.

Par ailleurs, cette dernière souligne que les 800 places supplémentaires promises avant les élections risquent de ne pas être opérationnelles pour le 1er septembre. Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles avait approuvé en février dernier la création de plus de 1.400 nouvelles places d’école, dont 800 situées à Bruxelles dans le fondamental, dans le cadre de la première phase d’un plan d’urgence portant sur des pavillons mobiles. Ces mesures devaient en théorie permettre de répondre au boom démographique prévu pour la rentrée 2014.

« Places dans les écoles : le MR demande la réunion d’urgence de la Commission de l’Education », article paru le 25 août 2014 dans La Capitale.

«Au-delà du drame scolaire, c’est un véritable drame social qui se joue devant nous! Car devant cette situation et eu égard à l’âge de ces enfants, certains parents avouent ne pas avoir d’autre alternative que de renoncer à travailler pour les garder à la maison. En 2014, c’est une honte, sachant que seule l’imprévoyance du gouvernement PS-cdH-Ecolo, face à un boom démographique pourtant depuis longtemps annoncé, est fautive», a souligné la chef de groupe MR, Françoise Bertieaux, dans un communiqué.

« Bruxelles : Milquet assure que les 800 places supplémentaires seront prêtes dans les écoles », article paru le 25 août 2014 dans La Capitale.

«Nous pourrons donc compter pour cette rentrée scolaire sur l’ouverture des 800 nouvelles places à Bruxelles dans le fondamental, au travers de pavillons modulaires mobiles qui sont en cours d’installation et qui seront fonctionnels pour le 31 août 2014, auxquelles s’ajoutent 450 nouvelles places dans le réseau Wallonie-Bruxelles», a souligné Mme Milquet.

« Pas assez de places dans l’enseignement fondamental à Bruxelles », article paru le 25 août 2014 dans La Capitale.

A une semaine de cette rentrée, la FAPEO se demande toutefois si toutes les places promises seront au rendez-vous. «A Bruxelles-Ville, il ne reste plus une place en première maternelle et, pour la première fois, toutes les écoles de la Ville ont dû établir des listes d’attente. A Anderlecht, il y aurait 950 enfants placés sur liste d’attente», détaille notamment la Fédération.

« 800 places supplémentaires dans les écoles ? Milquet y croit », article paru le 25 août 2014 sur La DH.

Les 800 places supplémentaires seront opérationnelles pour la rentrée scolaire à Bruxelles, a assuré lundi la ministre de l’Enseignement, Joëlle Milquet. 

« Places dans les écoles : un véritable drame social », article paru le 25 août 2014 sur 7sur7.

Le MR a réclamé lundi la réunion d’urgence de la Commission de l’Education du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les Réformateurs veulent connaître les mesures qu’a prises le gouvernement pour offrir une place à la rentrée à tous les enfants en âge d’obligation scolaire.

« Les 800 places supplémentaires seront prêtes », article paru le 25 août 2014 sur 7sur7.

Les 800 places supplémentaires seront opérationnelles pour la rentrée scolaire à Bruxelles, a assuré lundi la ministre de l’Enseignement, Joëlle Milquet. A ces places s’ajouteront les places supplémentaires créées directement par les écoles.

« Pas assez de places dans le fondamental à Bruxelles », article paru le 25 août 2014 sur 7sur7.

Le nombre de places disponibles pour la rentrée scolaire dans l’enseignement fondamental bruxellois semble nettement insuffisant, s’inquiète lundi dans un communiqué la Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel (FAPEO). Par ailleurs, cette dernière souligne que les 800 places supplémentaires promises avant les élections risquent de ne pas être opérationnelles pour le 1er septembre.

« Joëlle Milquet promet 800 places supplémentaires dans les écoles : la solution au futur « drame scolaire? »« , article paru le 25 août 2014 sur RTL.

Joëlle Milquet assure que les 800 places supplémentaires dans les écoles bruxelloises seront prêtes à la rentrée. Dans le réseau Wallone-Bruxelles, 450 nouvelles places seront disponibles.

« Enseignement fondamental : « Les 800 places supplémentaires seront prêtes », article paru le 25 août 2014 sur RTBF Info.

En réponse aux craintes émises par la FAPEO sur le nombre de places disponibles pour la rentrée du fondamental bruxellois, la ministre de l’Enseignement Joëlle Milquet assure que 800 places supplémentaires seront opérationnelles pour la rentrée. A ces places s’ajouteront les places supplémentaires créées directement par les écoles.

« Pas assez de place dans l’enseignement fondamental à Bruxelles », article paru le 25 août 2014 dans La Libre.

Le nombre de places disponibles pour la rentrée scolaire dans l’enseignement fondamental bruxellois semble nettement insuffisant, s’inquiète lundi dans un communiqué la Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel (FAPEO).

« La rentrée, ce ne sera pas pour tous les mômes », article paru le 25 août 2014 dans La Libre.

A une semaine de la rentrée des classes, la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo) tire le signal d’alarme : des centaines de parents cherchent désespérément une place pour leur gamin de deux ans et demi qui doit en principe faire son entrée à l’école maternelle – même si l’obligation scolaire ne démarre qu’à 6 ans.

« Artem : la cuvée 2014 des diplômes » , article paru le 8 juillet 2014 dans L’Avenir.net.

« L’école vraiment gratuite doit devenir une réalité », article paru le 6 juillet 2014 dans L’Avenir.net.

La gratuité effective de l’enseignement ne constitue pas un remède miracle contre tous les maux dont souffre notre école. Elle est cependant essentielle pour des raisons de justice sociale et de lutte contre la pauvreté.

« Formation Wallonie et FWB – Enseignement supérieur : « un refinancement ou de l’imagination », demande l’ARES », article paru le 24 juin 2014 dans L’Avenir.net.

Les opérateurs de l’enseignement supérieur ont demandé mardi aux formateurs PS et cdH d’un gouvernement en Fédération Wallonie-Bruxelles de trouver les moyens d’accroître les ressources financières, alors que le cadre budgétaire s’annonce très difficile.

« Qu’espèrent les parents de la future majorité ? », article paru le 11 juin 2014 dans Le Soir.

« Certains bulletins pas avant le 30 juin»article paru le 6 juin 2014 dans l’Avenir.

Du côté de la Fédération des associations de parents d’élèves de l’enseignement officiel (Fapeo), on ne peut que constater la bizarrerie du système. «Il faudrait revoir les rythmes scolaires pour que l’année commence un lundi et se termine un vendredi», préconise Joëlle Lacroix. «Le calendrier devrait aussi tenir compte des temps parentaux professionnels ainsi que des départs en vacances ».

« Communiqué FAPEO : transport scolaire, on a raté le coche » , article paru le 2 juin 2014 sur www.transportscolaire.be

En décembre 2009, la Société régionale wallonne du transport scolaire (SRWT) publie une note en vue d’ « améliorer » le fonctionnement du transport scolaire.Quatre ans plus tard, la FAPEO continue à s’inquiéter de l’impact de l’application de cette note sur les parents, les enfants et sur l’environnement.

« L’addition des transports scolaires, c’est pour les familles», article paru le 30 mai 2014 dans l’Avenir.

C’était une note pour améliorer le transport scolaire. C’est devenu une démonstration par l’absurde.La Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo) s’est fendue d’un constat pour le moins édifiant: «en terme de mobilité et d’écologie, on a raté le coche».

« L’avis des partis luxembourgeois sur l’enseignement en 3 thèmes », article paru le 31 mars 2014 sur L’Avenir.net. 

« Conférence-débat jeudi 27 mars sur l’avenir de l’enseignement », article paru le 26 mars 2014 sur L’Avenir.net.

« L’avenir de l’enseignement débattu ce jeudi », article paru le 25 mars 2014 dans L’Info de la région.

« La Fapeo et la communauté éducative de l’Athénée Royal de Virton ont l’honneur de vous inviter à la Conférence débat « Demain : quel enseignement ? », article paru le 18 mars 2014 dans L’Info de la région.

« Le bulletin doit-il indiquer la moyenne de la classe ?« , article paru le 12 mars 2014 dans Le Soir.

« L’avenir de l’enseignement débattu le 27 mars », article paru le 11 mars 2014 dans L’Info de la région.

« Repas gratuits à l’école : l’addition sera salée », article paru le 10 mars 2014 dans Le Soir.

Offrir un repas chaud gratuit le midi dans les écoles maternelles et primaires : c’est l’une des six mesures développées dans nos éditions du week-end par le président du PS Paul Magnette dans le chapitre enseignement du programme du Parti socialiste, pour les élections du 25 mai prochain, et qui est centré sur la lutte contre l’échec scolaire. Coût estimé : 231 millions d’euros.

« Bonnet d’âne : On ne donne plus de bêtes punitions », article paru le 7 mars 2014 dans Le Soir.

« On ne donne plus de bêtes punitions ». C’est une phrase qui nous revient souvent. Et qui reflète une certaine réalité. Mais qui pose question aussi. La première : est-ce vraiment vrai ? La seconde : qu’est-ce qu’une « bête » punition ? Et la troisième : au-delà de la sanction-même, ne doit-on pas s’interroger aussi sur la manière dont celle-ci est donnée, justifiée ? Autrement dit : n’y a-t-il pas des punitions « intelligentes » bêtement infligées… ?

« Les pires élèves ? Leurs parents ! », article paru le 7 mars 2014 dans Le Soir.

« Une coupole pour l’enseignement officiel : les parents y seront associés », article paru le 29 janvier 2014 dans La DH.

Les parents ont droit à une place pleine et entière dans le projet de coupole des différents réseaux de l’enseignement officiel, a indiqué mercredi la ministre de l’Enseignement obligatoire Marie-Martine Schyns, souhaitant ainsi apaiser la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (FAPEO).

« Les associations de parents et la Ligue des familles pressent le gouvernement d’agir pour de nouvelles places dans les écoles », article paru le 16 janvier 2014 sur Sudinfo.be.

Les associations de parents de l’enseignement libre, comme de l’officiel, ainsi que la Ligue des familles, ont fait part de leurs inquiétudes après les critiques formulées par l’Inspection des finances envers le plan du gouvernement de la Fédération

« Nouvelles places dans les écoles : parents inquiets », article paru le 11 janvier 2014 dans L’Avenir.net.

Les organisations de parents de l’enseignement libre et officiel ont réclamé hier la publication «dans les plus brefs délais» d’un échéancier «le plus précis possible» concernant la création programmée dès la rentrée 2014 de nouvelles places d’urgence dans les écoles de la Fédération, en particulier à Bruxelles qui connaît un fort boom démographique.

« Les parents réclament un cadastre des places d’école »  , article paru le 26 novembre 2013 dans la DH.

Mercredi, un kern se réunira sur le délicat, mais ô combien urgent, dossier de la création de places d’école dans les écoles fondamentales de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB).Les ministres Nollet (Ecolo, Bâtiments scolaires) et Antoine (CDH, Budget) ont déposé une note visant à lancer un plan d’urgence pour créer 3.750 places d’école (structures modulaires) d’ici la rentrée scolaire 2014.

«Enseignement: les parents veulent que ça bouge! », article paru le 25 novembre 2013 dans La Libre Belgique.

«L’UFAPEC et la FAPEO « attendent des mandataires politiques qu’ils développent des solutions structurelles au problème criant de pénurie. » Pour cela, les régionales bruxelloises des deux fédérations d’associations de parents prônent l’établissement d’urgence d’un cadastre public des places occupées et disponibles dans tous les établissements bruxellois». 

« Les parents de l’officiel rejettent aussi le projet de la ministre Schyns » , article paru me 22 novembre 2013 sur 7sur7.

La Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (FAPEO) a rejeté à son tour vendredi le projet de la ministre Marie-Martine Schyns (cdH) d’amender le décret réglant les inscriptions dans l’enseignement secondaire pour tenir compte des « partenariats pédagogiques » noués entre écoles pour l’attribution des places.

«Décret Inscriptions – Les parents de l’officiel rejettent aussi le projet de la ministre Schyns», article paru le 22 novembre 2013 dans Le Vif L’Express.

«Pour la FAPEO, les partenariats proposés par la ministre Schyns vont renforcer la concurrence entre réseaux d’enseignement en raison d’accords entre écoles relevant d’un même pouvoir organisateur. Ce sont dès lors les enfants issus d’écoles sans partenariat qui seront lésés».

«Le nouveau Décret Inscriptions? « De la poudre aux yeux! »», article paru le 22 novembre 2013 dans La Libre Belgique.

«La Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (FAPEO) a rejeté à son tour vendredi le projet de la ministre. Pour les parents de l’officiel, cette réforme, si elle est menée à bien, va rendre le décret Inscriptions « encore plus complexe »».

« Décret Inscription : les parents contre les projets de la Ministre Schyns », article paru le 22 novembre 2013 sur RTBF.be.

La ministre de l’enseignement obligatoire fait des propositions pour aménager le fameux décret inscriptions. Marie-Martine Schyns veut renforcer les collaborations pédagogiques entre les écoles pour favoriser la transition entre primaire et secondaire. Les associations de parents rejettent le projet ministériel.

«Les élèves aux joyeuses entrées», article paru le 3 octobre 2013 dans La Libre Belgique.

«Si on parle d’amener une école et des élèves à participer à une Joyeuse Entrée, nous n’avons pas d’opposition de principe. Mais si le pouvoir organisateur, en l’occurrence un bourgmestre, demande à ses écoles d’assister à une telle manifestation, pour s’assurer qu’il y aura un minimum de monde, cela ne va pas. Toute la question tourne autour du contenu qu’on met dans cette participation».

« L’école dès la maternelle », article paru le 30 septembre 2013 sur RTBF.be.

« Les résultats de nos enfants? Peu brillants!», article paru le 21 septembre 2013 dans L’Avenir.

«Un élève sur deux est en échec au CE1D. Ce n’est pas rien. Alors que ces jeunes sont les 96 % qui ont réussi leur CEB il y a deux ans. Les savoirs de base et les compétences élémentaires sont à la traîne en français, et les résultats en mathématiques ne sont pas brillants.»

« Une place de qualité pour chaque enfant, plus urgent qu’un nouveau stade ou des prisons ! » , article 16 septembre 2013 sur RTBF.be. 

Nous avons un besoin criant d’écoles, et le politique ne semble pas prêt à répondre vraiment à ce besoin. Tel est le cri d’alarme lancé par la Fapeo en cette rentrée 2013.En maternelle, des écoles qui craquent de partout….

« Regroupement ou non dans les mêmes classes des élèves en difficulté », article paru le 9 septembre 2013 sur RTBF.be

« Mauvais bulletin pour nos écoles », article paru le 30 aout 2013 dans Femmes d’aujourd’hui.

«L’école officielle pour un réseau unique», article paru le 30 août 2013 dans La Libre Belgique.

« La Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo) a présenté hier ses revendications pour l’année scolaire à venir. Tout d’abord, “à l’heure où la concurrence entre établissements et entre réseaux est plus visible que jamais”, la Fapeo plaide pour la création d’une “coupole » des pouvoirs organisateurs (PO) de l’enseignement officiel, ce qui devrait rendre le système plus cohérent et ambitieux” ».

« Les associations de parents réclament une concertation effective entre l’école et les parents », article paru le 29 août 2013, dans L’Avenir.

La Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (FAPEO) a réclamé jeudi, à l’avant-veille de la rentrée des classes, une plus grande concertation entre les parents d’un côté et les directions et pouvoirs organisateurs de l’autre par la mise en œuvre effective dans les établissements des conseils de participation, comme prévu par le décret Missions de 1997.

« La FAPEO veut un cadastre des places disponibles dans le primaire » , article paru le 29 août 2013 sur RTBF.be.

La Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (FAPEO) réclame l’instauration d’un cadastre des places disponibles dans l’enseignement fondamental pour aider les parents à trouver plus aisément une place pour leurs enfants dans les écoles maternelles et primaires, particulièrement dans la capitale où la situation est de plus en plus tendue.

« Pourquoi l’école fait-elle de vos enfants des cancres », article paru le 23 août 2013 dans L’Avenir.

« Une bonne idée si on y met les moyens», article paru le 14 août 2013 dans L’Avenir.

« “On sait que l’extrascolaire est très mal financé. Alors qui paiera pour la prise en charge des enfants pendant la pause méridienne et après les cours?”, abonde Joëlle Lacroix. De la même manière, cette «pause» pourrait être utilisée par les enseignants pour des réunions transversales, la préparation des leçons et les corrections. “Mais là aussi : dans quels locaux, avec quels moyens mis à disposition”, poursuit la secrétaire générale de la Fapeo ».

« Pour ou contre les devoirs de vacances ? », article paru le 5 juillet 2013 dans Femmes d’aujourd’hui.

«Le temps de midi, un no man’s land », article paru le 4 juillet 2013 dans L’Avenir.

« “Si les garderies du matin et du soir sont en partie réglementées par le décret accueil temps libre, le temps de midi est une sorte de no man’s land dont personne ne semble vouloir se préoccuper”, déplore Véronique De Thier, vice-présidente de la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo) ».

« Le CEB ne gomme pas les inégalités, selon les associations de parents » , article paru le 17 juin 2013 sur RTBF.be. 

C’est le grand jour ce lundi pour 50 000 élèves de 6ème primaire. Ils vont tenter de réussir le CEB, le certificat d’étude de base. L’objectif est de gommer les différences entre écoles et entre élèves à l’entrée du secondaire. Beaucoup de voix s’élèvent contre le CEB, en particulier celles des associations de parents, pour dénoncer les failles d’un système qui, selon elles, renforce les inégalités.

« La réussite du CEB passe par le coaching des parents »,  article paru le 16 juin 2013 dans Le Ligueur.be.

Aucun élève de 6e primaire n’y échappe la semaine prochaine. Le Certificat d’études de base (CEB) est organisé dans toutes les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les élèves s’affairent, les parents aussi. Mais concrètement, que peuvent-ils encore faire ?

« L’école doit-elle tout dire aux parents ? », article paru le 12 juin 2013 dans Le Soir.

«Pré-vacances: les « jours blancs » font parfois l’affaire de tous», article paru le 11 juin 2013 sur RTBF.be.

« Jessica Mathy de la Fapeo rappelle que l’obligation scolaire dure jusqu’au 30 juin, et qu’il est normal que l’école accueille les élèves jusqu’au bout de l’année. « On pourrait d’ailleurs profiter de cette période pour corriger les examens avec l’élève et analyser les erreurs commises ». La porte-parole de la Fapeo demande qu’on laisse aux enseignants le temps de corriger les épreuves et de se réunir en conseil de classe. « A l’école de s’organiser pour occuper intelligemment les jours « blancs » ».

« FAPEO : campagne sur l’impact que l’école a dans la vie des familles », article paru le 11 juin 2013 sur enseignement.be

« Les raisons de l’échec en mathématiques », article paru le 30 mai 2013 dans Marianne Belgique.

« L’école, fabrique de futurs chômeurs ? », article paru le 24 mai 2013 dans Marianne Belgique.

« Structure du monde scolaire : quel avenir ? » , article paru le 16 avril 2013 dans Web Storming ULB.

« Quand les parents crient au recours », article paru le 7 mars 2013 dans Telepro.

« En finir avec les écoles ghettos ? », article paru le 27 février 2013 dans Le Moustique.

« Classes de neige : oui ou non ? », article paru le 27 février 2013 dans Le Soir.

« Supprimer le décret inscriptions ne règlerait pas le problème » , article paru le 18 février 2013 dans Le Vif.

Ce lundi s’ouvrent les inscriptions pour les futurs élèves du secondaire. Le décret de la ministre de l’Enseignement, Marie-Dominique Simonet, ne fait toujours pas l’unanimité.

«A quoi servent les associations de parents ?» , article paru le 26 décembre 2012 dans Le Soir.

«Une AP doit favoriser l’éducation et le bien-être de l’enfant. Elle doit travailler avec les partenaires de l’école – enseignants, direction, parascolaire. Et cette collaboration doit surtout porter sur les relations famille-école. Ce n’est pas clair pour tout le monde. Que voulez-vous dire ? Sommes-nous des partenaires au même titre que les autres ? Je ne pense pas. On est perçu comme un syndicat. On ne veut pas, ça».

« Le Segec fait cavalier seul sur le retour des cours de confession musulmane », article paru le 22 octobre 2012 dans La Libre.

« Nous ne voyons pas en quoi la présence d’un cours de religion dans le cursus scolaire – qu’elle que soit la confession qui lui est attachée d’ailleurs – peut contribuer à amenuir les risques de dérive fondamentaliste », déclare Marie-Christine Linard, secrétaire générale de la Fapeo. Qui poursuit : « Que du contraire. Selon nous, c’est précisément cette présence religieuse dans la sphère scolaire qui accentue les différences et identités, et qui contribue ainsi à l’émergence de discours extrémistes. » Plus globalement, l’officiel estime que « la multiplication des cours de religion est un problème en soi. Notamment parce que cela constitue un manque de respect vis-à-vis de la vie privée de la personne. L’école doit être un lieu de vivre-ensemble où l’on y enseigne un cours de philosophie ou de morale à part entière ».

«Tous les parents ne préfèrent pas l’enseignement catholique», carte blanche parue le 9 octobre 2012 dans La Libre Belgique.

«Pour nous, cela suffit ! Cette perpétuelle compétition entre écoles et réseaux ne vise que le recrutement d’élèves-clients et un meilleur positionnement sur un marché scolaire qui fait peine à voir. In fine, tout ceci n’est que de la publicité à peine déguisée. Mettre en avant de manière aussi simpliste un pilier de l’enseignement suggère assez clairement que celui qui est en face est forcément moins bon. A tel point que l’article souligne que les enseignants du catholique ne voudraient pas enseigner dans l’officiel. Quel mépris ! ».

« Un remaniement du calendrier scolaire ? », article paru en septembre 2012 dans le JEF (Conseil de la Jeunesse n°22).

« Organiser les examens de Noel au mois de janvier ? », article paru le 26 septembre 2012 dans Le Soir.

A l’été, le président de la Fédération des parents de l’officiel (Fapeo) avait dit redouter que le report à janvier des examens de décembre transforme le congé de Noël en temps de blocus. Il maintient le propos. Comme il reste sceptique sur l’efficacité d’une 2e session dès juin – comment rattraper le travail d’un an en une/deux semaines, dans les grosses branches comme les maths, français, etc. ?

«A l’école jusqu’à 17h pour y faire ses devoirs?», article paru le 5 septembre 2012 dans La Libre Belgique.

«Dire que cela va déboucher sur des journées trop longues qui vont fatiguer l’enfant, c’est oublier que beaucoup d’enfants restent déjà à l’école jusqu’à 17h. 10h d’école par jour quand on va à la garderie le matin et le soir, c’est une réalité. Par contre, si on peut internaliser à l’école la question des devoirs à domicile, c’est une facilité : l’enfant peut travailler sous la supervision d’un professionnel compétent et non d’un parent et être libéré pour sa « vie d’enfant » après l’école. On ne rallonge donc pas pour le plaisir». (Joëlle Lacroix)

«Les grands thèmes de la rentrée politique: l’enseignement», article paru le 3 septembre 2012 sur RTBF.be.

«Pour nous, ce qu’il faut absolument commencer par faire, c’est réformer la coupole des pouvoirs organisateurs de l’enseignement officiel« , nous indique Hakim Hedia. Le président de la fédération des parents de l’enseignement officiel (FAPEO) relève effectivement que « pour le moment, on a trois pouvoirs organisateurs disparates : le provincial, le communal et la Communauté».

« Rentrée scolaire : la FAPEO demande que les inscriptions soient réglées début juillet », article paru le 2 septembre 2012 sur La Province.be

« Rentrée scolaire : la FAPEO demande que les inscriptions soient réglées début juillet », article paru le 2 septembre 2012 dans Le Soir.

«Secondaire: la FAPEO pour la fin des inscriptions début juillet», article paru le 2 septembre 2012 sur LeVif.be.

«La FAPEO (Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel) relève, dans un communiqué, la difficulté de compréhension des mécanismes du décret pour certains parents, « issus de tous milieux et classes sociales, de différentes communes bruxelloises et de la périphérie » ».

«Les élections rallument la guerre scolaire», article paru le 28 août 2012 dans Le Soir.

«Hakim Hedia, président de la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo), estime que « pour prétendre à davantage d’argent public, il faut non seulement vraiment accueillir tous les publics, mais aussi en mener la plus haute partie à la réussite. Faire du chiffre au début de l’année, puis repousser tous les élèves à problèmes hors du réseau, c’est trop aisé. Et où va cet argent public ? Dans des caisses privées, sans aucun contrôle».

«Fournitures scolaires: les associations de parents veulent faire respecter les règles», article paru le 21 août 2012 sur RTBF.be.

«La FAPEO souhaite, pour sa part, rouvrir le débat sur la gratuité de l’enseignement. « Une réflexion de fond sur les coûts scolaires, sans tabous, mériterait d’être menée« , insiste-t-on. « Nous souhaitons que les écoles soient davantage transparentes sur leurs entrées et sorties financières »,ajoute la FAPEO».

« Une rentrée scolaire (un peu) moins chère », article paru le 13 août 2012 dans Sudpresse.

«Faut-il remanier le calendrier scolaire?», article paru le 25 juillet 2012 dans Le Soir.

«Si le gros de la matière est enseigné avant Noël et que les examens n’ont lieu qu’en juin, ne serait-il pas plus judicieux d’organiser des petits contrôles avant Pâques ? On peut aussi redistribuer les travaux en continu sur toute l’année. Une autre approche consisterait à rééquilibrer l’année en trois tiers. Ce qui nous intéresse, c’est de conserver le système tel qu’il est aujourd’hui. S’il faut le réformer, autant le faire en trois fois avec des petits contrôles intermédiaires, pas des examens». (Hakim Hedia)

«Les vacances d’été sont-elles trop longues?», article paru le 29 juin 2012 dans La Libre Belgique.

«On traîne toujours le passé, notamment avec les vacances qui correspondent à des temps religieux, alors que cela n’est plus du tout adapté. Le problème n’est pas de vouloir absolument diminuer les vacances d’été qui sont devenues un fait culturel, mais de laisser plus de temps pour les vacances intercalaires, parce que les enfants en ont vraiment besoin». (Hakim Hedia)

 «Les parents au Conseil de classe?», article paru le 27 juin 2012 dans Le Soir.

«Ce n’est pas du contrôle. C’est juste une personne qui participe aux débats, qui est là en connaissance de cause. Et qui peut rapporter les décisions du Conseil de classe aux parents qui sont dans le désarroi quand on leur dit que leur enfant doit changer d’enseignement – ça passe mieux de parent à parent. On ne veut pas contrôler le système. Ce n’est pas notre rôle». (Hakim Hedia)

« 1166 recours introduits en 2011 dans l’enseignement secondaire », article paru le 25 juin 2012 sur RTBF.be.

« La légère hausse du nombre de recours s’explique par le fait que les parents sont sans doute plus au courant des démarches à effectuer », estime Jessica Mathy, de la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (FAPEO).

«Recours: 1.166 dossiers introduits en 2011», article paru le 25 juin 2012 dans L’Avenir.

« C’est sûr qu’il y a quelques années, lorsqu’un enseignant remettait une note à un élève, celle-ci n’était pas remise en question, commente Jessica Mathy, chargée de communication à la Fédération des associations des parents de l’enseignement officiel. Mais cela ne signifie pas que nous traversons une phase de rébellion. D’ailleurs, la logique qui prévaut ici n’est pas conflictuelle. Tout est affaire d’information. À mon sens, la légère hausse du nombre de recours s’explique ainsi par le fait que les parents sont sans doute plus au courant des démarches à effectuer ».

«En justice pour contester une punition», article paru le 7 juin 2012 dans L’Avenir.

«“Nous préconisons avant tout la conciliation interne, avec l’enseignant, la direction, le PMS… Et si cela ne fonctionne pas, des recours sont possibles auprès du ministère de l’Enseignement. Il vaut mieux se tourner vers ces solutions, plutôt que d’aller directement en justice”, précise Jessica Mathy (FAPEO), ajoutant que ce type d’ “emballement” judiciaire et médiatique peut nuire à la crédibilité d’écoles qui fonctionnent par ailleurs très bien».

«Les parents regrettent les restrictions relatives au transport de carence», article paru le 7 juin 2012 sur 7 sur 7.

«“Un enfant est égal à un enfant”, estime Hakim Hedia, président de la FAPEO. “Il faut rétablir l’équité dans l’enseignement et surtout ne pas prendre une partie des enfants en otage”, ajoute-t-il».

« Enseignement des langues : des francophones entre balbutiement et ‘vlot spreken' », article paru le 21 mai 2012 dans L’Echo.

«Les cours philosophiques ne sont pas facultatifs», article paru le 2 mai 2012 dans Le Soir.

«Malgré l’appel lancé, en août 2011, par la Fédération des parents de l’enseignement officiel (Fapeo), et malgré la récente sortie du Centre d’étude et de défense de l’école publique (Cedep), dans La Libre Belgique, Marie-Dominique Simonet reste déterminée à instaurer une partie de programme commun aux cours de religion et de morale, dès la rentrée 2013».

« Profs-parents : pourquoi ils se font la guerre », article paru le 28 mars 2012 dans le TéléMoustique.

«Faut-il aider l’enfant à faire ses devoirs?», article paru le 28 mars 2012 dans Le Soir.

«A priori, le devoir ne pose pas trop de problèmes aux parents s’il est court et s’il est à la portée de l’enfant. Dès qu’il dure et que l’enfant a des difficultés, les choses se corsent. Notre analyse c’est que, par le devoir, l’enseignant confie aux parents un travail de remédiateur. En accompagnant le devoir, ils voient ce qui ne va pas, réexpliquent. Ça crée de fortes disparités entre enfants car ils n’ont pas des accompagnateurs de même qualité. Ça creuse les différences dans les classes».

« L’enseignement attire », article paru le 21 février 2012 dans Le Metro.

«Regain d’intérêt», article paru le 20 février 2012 dans La Libre Belgique.

«Toutefois, un enseignant sur deux quitte la fonction dans les cinq premières années, a relevé Hakim Hedia (Fapeo, associations de parents de l’enseignement officiel), soulignant la nécessité d’accompagner les jeunes profs».

« Les candidats au poste d’enseignant dans l’officiel augmentent », article paru le 19 février 2012 sur 7sur7.

« De l’échec… à la réussite », article paru en février 2012 dans Equilibre n°65.

«Les congés scolaires ne sont-ils pas trop longs?», article paru le 21 décembre 2011 dans Le Soir.

«Pour de nombreux parents, l’arrivée des vacances provoque des sueurs froides. Mettre les enfants en stage ou en garderie coûte très cher. Et puis, il faut en trouver ce qui n’est pas toujours évident dans les petits villages. Certains parents doivent donc systématiquement prendre des congés pour s’occuper de leurs enfants. En fait, on se rend compte que le rythme scolaire est meilleur pour le secteur du tourisme que pour nos enfants».

«Les bulletins sont-ils suffisamment lisibles?», article paru le 14 décembre 2011 dans Le Soir.

«Beaucoup d’enseignants se limitent à des appréciations type « n’a pas travaillé », « peut mieux faire ». C’est sans grand intérêt. Un bulletin qui se borne à constater, qui ne propose rien, c’est catastrophique. Ce qui est souhaitable, c’est que le bulletin suggère des propositions de remédiations, de stratégie, qu’il aide les parents et l’élève à savoir ce qu’il convient de faire – il y a tel chapitre à revoir, tel livre à lire. Cela posé, rien ne remplace le contact avec l’enseignant».

« Quand du vin finance une semaine au ski », article paru le 3 novembre 2011 dans La DH.

« Fait-on assez de sport à l’école? », article paru le 2 novembre 2011 dans Le Soir.

«En 2008, la Fapeo (Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel) mettait en évidence une dégradation importante des performances chez nos jeunes (francophones et flamands) en dix ans (entre 1994 et 2004), sur base de tests réalisés dans différentes épreuves (course d’endurance, souplesse, équilibre…)».

« Le repas devrait être gratuit pour tous », article paru le 9 octobre 2011 dans Sudpresse.

« Pénurie d’écoles et de professeurs », article paru le 5 octobre 2011 dans La Tribune de Bruxelles.

« Faut-il cadrer les profs buseurs? », article paru le 9 septembre 2011 dans Le Soir.

«Quant à l’argument ministériel selon lequel le conseil de classe « filtre » les buseurs, la Fapeo n’y croit pas du tout : « Au conseil de classe, il y a des rapports de force. Si les buseurs ne prétendent pas changer leurs pratiques, le directeur, comme les autres enseignants de l’école, abandonnent, se taisent, pour éviter le clash. Et l’affaire devient une sorte de tabou dont personne n’ose parler ». »

« Faut-il proscrire le redoublement? », article paru le 2 septembre 2011 dans La Libre Belgique.

«Hakim Hedia, Président de la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo): « Supprimer le redoublement, ce n’est pas une raison pour niveler par le bas! Il faut donc vraiment qu’une politique de remédiation soit mise en place. L’enfant doit être le centre de gravité » ».

« La FAPEO veut que l’on supervise les profs buseurs », article paru le 1er septembre 2011 dans La Libre Belgique.

«La question souvent « taboue » des enseignants dont les élèves sont parfois tous en échec au terme de l’année scolaire doit figurer parmi les débats essentiels dans les écoles, ont exhorté mercredi les associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo)».

« Rentrée 2011 ; les parents veulent en finir avec l’échec scolaire », article paru le 1er septembre 2011 dans Le Ligueur.

« En finir avec le redoublement », article paru le 1er septembre 2011 dans Le Soir.

« « Comment est-il possible que des enseignants mettent systématiquement la majorité de leurs élèves en échec sans que ces pratiques ne soient ni inspectées ni supervisées ou accompagnées ? », s’est interrogée Christine Linard, secrétaire générale de la Fapeo».

« La FAPEO se réjouit des projets annoncés », article paru le 1er septembre 2011 dans 7 sur 7.

« La Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel (FAPEO) s’est réjouie jeudi des projets annoncés visant à éliminer progressivement le redoublement des élèves âgés de 5 à 8 ans et à offrir une remédiation immédiate pour les « 5 à 14 ans »».

« Une coupole pour l’enseignement officiel », article paru le 1er septembre 2011 dans Le Metro.

« Pour une inspection des profs buseurs », article paru le 1er septembre 2011 dans Le Metro.

« Rentrée: les parents de l’officiel demandent de superviser les profs buseurs », article paru le 31 août 2011 dans La Dernière Heure.

«“Comment est-il possible que des enseignants mettent systématiquement la majorité de leurs élèves en échec sans que ces pratiques ne soient ni inspectées, ni supervisées ou accompagnées?”, s’est interrogée Christine Linard, secrétaire générale de la FAPEO, la fédération des associations de parents de l’officiel».

« Rentrée : les parents de l’officiel demandent de superviser les profs buseurs », article paru le 31 août 2011 sur RTL Info.

« Quid des profs buseurs ? », article paru le 31 août 2011 dans Le Vif.

« Le rôle des associations de parents », article paru le 26 août 2011 dans Sudpresse.

« Ecole publique, la discorde », article paru le 6 juillet 2011 dans Le Soir.

«Il est par ailleurs question, non pas de fusionner les trois réseaux publics, mais de créer une  “coupole des pouvoirs organisateurs de l’enseignement officiel, tout en respectant les prérogatives de chacun”. Pour le dire autrement : il s’agirait, comme Hakim Hédia en formulait le vœu, de créer une instance parlant au nom de l’ensemble de l’école publique […]».

« Redoubler n’apporte rien », article paru le 4 juillet 2011 dans Le Soir.

« Hakim Hédia préside la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo). Il revient sur les dossiers scolaires du moment. Appelle à bannir le redoublement. Et presse les écoles publiques à (au moins) parler d’une même voix… »

« C’est le temps des recours », article paru le 28 juin 2011 dans Le Soir.

« Le nombre de recours reste toutefois peu significatif en Communauté française, avec un peu plus de 0,2 % des élèves qui introduisent un recours. Selon la Fapeo, la majorité des élèves en situation d’échec scolaire l’acceptent ou alors ne connaissent pas les procédures de recours ».

« Certains taux d’échec ne sont pas normaux », article paru le 28 juin 2011 dans L’Avenir.

« Dans certaines institutions, on arrive parfois à 60 % d’échec ! Et il y a des classes où personne ne réussit. Là, il y a un problème. Et les parents ont du mal à comprendre. Ils s’interrogent sur les raisons et se rendent compte que quelque chose ne va pas. Il est donc normal qu’ils introduisent des recours. Je les encourage même à le faire ».

« Écoles : 1 084 recours introduits en 2010 », article paru le 28 juin 2011 dans L’Avenir.

« Le fait qu’il y ait si peu de dossiers s’explique par plusieurs raisons, juge encore la FAPEO. La majorité des élèves qui sont en situation d’échec l’acceptent ou alors ils ne connaissent pas les procédures de recours. (…) Faire appel au conseil de recours nécessite de passer par plusieurs étapes obligées et relativement contraignantes : rendez-vous avec l’école, recours interne, constitution du dossier, appel au conseil ».

« Décret Inscriptions: des déclarations sous-évaluées? », article paru le 17 juin 2011 dans La Dernière Heure.

« Les directions de certaines écoles bruxelloises feraient-elles de la rétention d’informations en déclarant leur capacité réelle de places ouvertes en 1re secondaire ? C’est ce que dénonce, de manière à peine voilée, la Fédération des associations de parents de l’enseignement officiel (Fapeo), qui a sorti sa calculette et constate : suite aux derniers chiffres communiqués, il y a actuellement 595 enfants sans-école dont 525 à Bruxelles – mais… selon elle, 851 qui pourraient se libérer.

« Inscriptions: la FAPEO s’interroge sur le nombre de places », article paru le 16 juin 2011 dans La Libre Belgique.

« La FAPEO (parents de l’enseignement officiel) se pose des questions quant au nombre de places en 1re secondaire déclarées par certaines écoles. Elle constate de grosses variations, même quand le nombre de classes est équivalent ».

« Inégaux devant l’eau », article paru le 18 mai 2011 dans Le Soir.

« Tout le monde doit avoir les mêmes chances. (…) Les pouvoirs publics, tous niveaux confondus, doivent investir dans ce domaine ».

« Quand les profs vont mal, les enfants aussi », article paru le 5 mai 2011 dans L’Avenir.

« On pourrait croire que les profs sont des privilégiés, mais c’est faux. C’est de plus en plus pénible de travailler dans l’enseignement. (…) Avant les profs, c’était les notables du coin. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Ils ne se sentent plus valorisés. Résultat, ça retombe sur les parents qui sont obligés de prendre des cours particuliers pour leurs enfants. Vous savez, si les enseignants sont mal, les parents et les enfants aussi ».

« Les écoles révélatrices de la fracture scolaire », carte blanche parue le 20 avril 2011 dans Le Soir.

«… D’importants efforts restent à faire, en Communauté française, en matière d’équité. En ce sens, l’OCDE recommande des politiques publiques qui interviennent à la fois sur les performances et sur les désavantages socio-économiques des élèves en difficulté. A la FAPEO, nous nous demandons aussi si la pédagogie dominante ne serait pas à interroger : un système qui sélectionne, classe, oriente en hiérarchisant les filières (avec, au sommet, les filières « intellectuelles » et, au dernier échelon, les filières professionnalisantes) ne peut qu’entretenir la reproduction sociale et maintenir des représentations qui favorisent d’avance certains profils socioprofessionnels… »