Circulaire 7691 – Définition d’une stratégie en vue de la rentrée de septembre 2020/2021 dans le contexte du Covid-19 – Enseignement fondamental – Erratum

Classé dans : Circulaires | 0

Télécharger la Circulaire 7691 dans son entièreté : Circulaire 7691

 

Circulaire 7691 – Définition d’une stratégie en vue de la rentrée de septembre 2020/2021 dans le contexte du Covid-19 – Enseignement fondamental – Erratum

 

Introduction

La crise du Covid-19 a clairement mis en évidence que, quels que soient les canaux utilisés (numérique, télévision, support papier, autres) pour permettre un enseignement à distance et quelle que soit la qualité des outils mis à disposition, rien ne peut remplacer l’enseignant dans sa classe, en présentiel, avec ses élèves.

La priorité pour la Fédération Wallonie-Bruxelles a donc été d’étudier dans quelles conditions une rentrée en présentiel de tous les élèves pouvait être envisagée pour le nombre le plus élevé de jours possible, tout en veillant à leur sécurité et à celle des membres du personnel.

Sur cette base, les experts du Groupe de déconfinement (GEES) avaient formulé des propositions de scénarios possibles en fonction des évolutions de la propagation du virus. Le Conseil national de sécurité avait validé ces propositions le 24 juin.

Ces scénarios, décrits sous forme de codes couleurs, vous avaient été communiqués dans le cadre de la circulaire 7626, laquelle prévoyait une rentrée 2020 sous code jaune.

Ces dernières semaines, une hausse du nombre de cas Covid-19 s’était manifestée dans le pays, avec de fortes disparités locales.

Dans ce contexte, j’ai sollicité les experts du GEES afin de disposer de leur analyse des dispositions à prendre pour la rentrée.

Ils m’ont remis un nouvel avis en date du 14 août. Outre les évolutions globales du nombre de cas et les différences à faire entre les zones géographiques, cet avis repose sur divers constats :

  • En Belgique comme à l’étranger, le nombre de cas positifs chez les enfants de moins de 12 ans est largement inférieur au poids démographique de cette catégorie d’âge ; il en va de même chez les jeunes de 12 à 18 ans, même si leur taux de contamination est plus important que les moins de 12 ans et va en augmentant au fil de l’âge ;
  • La reprise partielle des leçons en mai et en juin n’a pas suscité d’augmentation de la circulation de l’épidémie ; les cas observés dans les écoles ont été peu nombreux et, en écrasante majorité, la contamination s’était faite en dehors de l’école ; les cas ont en outre débouché sur une très faible propagation du virus au sein des bulles de contacts (côté francophone, seuls 0,8% des 4.472 élèves et membres du personnel mis en quarantaine suite à un cas dans la bulle de contact ont contracté le Covid-19) ;
  • Les mêmes observations ont été effectuées dans le cadre des camps scouts et des stages organisés durant l’été, tant du point de vue du nombre peu élevé des contaminations que de la faible apparition de « cas
    secondaires » ;
  • De nombreuses études réalisées dans d’autres pays mettent en évidence des tendances similaires.

Considérant ces éléments, en concertation avec les experts du GEES, je vous confirme que la rentrée s’opérera en code jaune, à tous les niveaux (enseignement maternel, primaire, secondaire, enseignement artistique à horaire réduit,…).

Dans les communes où la situation pandémique est aiguë, il est possible qu’il faille passer à un enseignement hybride correspondant au code orange (mi-temps présentiel/à distance) exclusivement pour les deuxième et troisième degrés de l’enseignement secondaire. Une exception est toutefois faite pour les élèves les plus fragiles qui pourront toujours être invités à se présenter physiquement à l’école. Pour l’enseignement fondamental et le premier degré de l’enseignement secondaire, le passage en code orange est également possible mais les élèves pourront continuer à fréquenter l’école à temps plein dans ce cas de figure.

Les données scientifiques sur la propagation locale du virus seront fournies par le CELEVAL et le RAG (les organes d’évaluation du risque du Gouvernement fédéral) à la cellule de crise locale existante. Celle-ci se réunira avec les représentants de l’enseignement, de la promotion de la santé à l’école et des autorités régionales compétentes en matière de santé. Le cas échéant, une proposition de décision de changement de code couleur sera transmise à la Ministre de l’Éducation, qui pourra approuver ou rejeter, en dernier ressort, la décision du passage d’un code à un autre au niveau local.

Dans ce cadre, la préoccupation sera évidemment d’éviter les passages incessants d’un code à l’autre tout en s’assurant que les éventuelles phases orange ou rouge soient les plus courtes possibles, sans préjudice des réalités sanitaires et des impératifs de sécurité.

La présente circulaire constitue une version actualisée de la circulaire 7626, à laquelle elle apporte quelques actualisation. Pour votre facilité de lecture, elles peuvent être résumés comme suit :

  • Des précisions sont données concernant l’organisation des cantines en code orange ;
  • Les dimensions statutaires sont réglées de manière plus détaillée, notamment en tenant compte des circonstances particulières liées aux retours de vacances à l’étranger.

Vous noterez que la circulaire ne comporte aucun assouplissement des normes en matière de port de masque pour les contacts entre adultes et pour les enseignants du primaire. Celui-ci est considéré comme une nécessité par les experts. Des moments de pause dans le port du masque doivent néanmoins être régulièrement prévus en respectant les distances physiques et de préférence en plein air. Je vous invite, dans votre organisation, à permettre autant que possible de tels moments pour les membres du personnel.

Enfin, je me permets de vous rappeler les quelques points d’attention suivants :

  • dès le 1er septembre, l’obligation scolaire sera pleinement rétablie. Fréquenter ou non l’école, suivre ou non les apprentissages ne sera plus laissé à la libre appréciation des parents ;
  • par ailleurs, les pouvoirs organisateurs auront l’obligation d’ouvrir les écoles et d’organiser les apprentissages dans les conditions définies dans la présente circulaire. La continuité des apprentissages devra être assurée ;
  • enfin, un monitoring sera mis en place pour prendre en compte l’impact du Covid sur le nombre d’élèves inscrits et présents dans certains établissements ou certaines filières et donc sur l’encadrement des écoles.

Je profite de l’occasion pour vous remercier du travail colossal déjà accompli pour préparer activement les différentes variantes possibles de la rentrée, dans des circonstances que je sais très difficiles.

Caroline DÉSIR

Télécharger la Circulaire 7691 dans son entièreté : Circulaire 7691