3.20 / COVID-19 et déconfinement scolaire. Enquête – Fin de l’année à l’école ou à la maison à partir du 18 mai ou 25 mai ? Avis des parents d’élèves de primaire et secondaire.

Classé dans : Non classé | 0

Télécharger l’analyse « 3.20 / COVID-19 et déconfinement scolaire. Enquête – Fin de l’année à l’école ou à la maison à partir du 18 mai ou 25 mai ? Avis des parents d’élèves de primaire et secondaire.« , une analyse de Véronique de Thier et Joëlle Lacroix.

 

La FAPEO a mené l’enquête du 19 mai au 31 mai 2020 auprès des parents d’élèves pour connaître leurs vécus quant à la reprise progressive et partielle de certaines classes de primaire et de secondaire et d’élèves en difficultés. Les élèves ont été confinés du 13 mars au 18 mai, après avoir ôté les deux semaines de « congés de parents », 8 à 9 semaines selon le niveau d’étude et la date de reprise partielle des cours en fonction des années scolaires. Durant 8 à 9 semaines ces élèves confinés ont vécu la continuité des apprentissages à domicile dans le respect plus ou moins strict des balises émises par la Ministre de l’Éducation Caroline Désir. Le 18 mai 2020 et le 25 mai 2020 a ouvert la porte des foyers et les portes des écoles avec une série de mesures sanitaires de nature à rassurer les parents dont les enfants étaient invités à reprendre les classes, partiellement, à raison de deux jours maximums par semaine. Les absences aux cours ne sont pas sanctionnées et ne peuvent porter préjudice aux élèves. Pour tous les élèves à la maison (concernés par la reprise des cours en présentiel – quelques jours – ou non), la continuité des apprentissages à domicile s’imposait.

L’analyse traite les résultats de l’enquête menée entre le 19 et le 31 mai 2020 sur les conditions de cette reprise partielle à l’école, sur les plans sanitaire, organisationnel, pédagogique et du bien-être.

 

Une reprise partielle et progressive à l’école primaire et secondaire

 

Par une enquête[1] entre le 19 mai 2020 et le 31 mai, la FAPEO a donné la parole à l’ensemble des parents d’élèves de l’enseignement obligatoire (primaire et secondaire), que les enfants soient ou non concernés par la reprise des leçons en présentiel, qu’ils y soient soit retournés ou non. Tous sont par ailleurs concernés par la continuité des apprentissages à distance, dans le respect des balises fixées dans la circulaire 7550[2]. L’enquête s’est adressée aux parents d’enfants en maternelle, en garderie, en primaire, et en secondaire du 19 mai au 31 mai 2020. Elle s’est adressée :

 

  • Aux parents dont l’enfant est en âge de fréquenter l’école maternelle et est en garderie.
  • Aux parents dont l’enfant est en âge de fréquenter l’école maternelle et reste à la maison.
  • Aux parents dont l’enfant est en âge de fréquenter l’école primaire et est en garderie,
  • Aux parents dont l’enfant est concerné par la reprise des cours, reste à la maison et est concerné par la continuité pédagogique à distance.
  • À tous les parents dont l’enfant est retourné en classe (horaire incomplet) et bénéficie pour les jours où il n’est pas à l’école de continuité pédagogique distance.

 

2 197 parents ont participé à l’enquête. Parmi eux :

  • 557 parents, soit ¼, sont concernés par l’enseignement maternel (non obligatoire). L’analyse des résultats pour ces parents a été présentée par ailleurs.[3]
  • 1 624 sont concernés par un enfant scolarisé en primaire ou en secondaire.
  • 304 sont concernés par le retour partiel (certaines classes, certains élèves, 2 jours maximum par semaines), soit 15% et la poursuite de la continuité pédagogique à distance à temps partiel.
  • 1 320 sont concernés par la poursuite du travail à distance à temps plein, soit 85%.

Cette analyse se penche en particulier sur le retour partiel à l’école et la continuité des apprentissages des élèves de l’enseignement primaire et secondaire, à partir de la contribution de ces 1 624 parents.

 

Point sur la situation

Le Conseil National de Sécurité a décidé le 24 avril 2020 de la rentrée progressive et graduelle d’enfants à l’école primaire et secondaire, respectivement le 18 mai et le 25 mai, uniquement si toutes les conditions sanitaires étaient réunies et si les paramètres liés au déconfinement progressif restaient au vert.

Nous voulions l’assurance que les prérequis de sécurité et sanitaires soient mis en place. Ce retour en classe devait être conditionné à la capacité des écoles à rouvrir leurs classes de manière sécurisée.

Au sein de chaque école, les organes de concertation ont dû confirmer que l’ensemble des exigences sanitaires étaient rencontrées, tant pour les élèves que pour tous les membres du personnel des écoles. Nous avions demandé que ces mesures et leurs modalités soient communiquées en toute transparence aux parents. Sans rapport positif, pas d’ouverture jusqu’à ce que des solutions soient trouvées, tel a été le mot d’ordre adressé à toutes les directions d’école. Rien d’étonnant dès lors à ce que les écoles aient organisé le retour progressif des élèves en fonction des contraintes propres à leur établissement.

En trois semaines, la concertation entre les acteurs de l’enseignement (représentants syndicaux, les fédérations des différents pouvoirs organisateurs, des organisations représentatives des parents) a permis d’élaborer une check-list[4] à destination des écoles d’enseignement primaire, secondaire, ordinaire et spécialisé, ainsi que pour les garderies. Les services d’inspection de la prévention et protection au travail et les conseillers en prévention se sont vus chargés de contrôler le respect de chacun des aménagements en vue du respect des règles imposées par le Conseil National de Sécurité traduites dans la circulaire 7550.

Le 18 mai, sont retournés en classe :

  • Les élèves de 6ème primaire et de 6ème secondaire par groupes de 10 par classe au maximum à concurrence de 2 jours par semaine maximum par groupe.
  • Pour les élèves internes dans les différentes structures d’accueil, l’établissement a dû veiller à organiser les présences en tenant compte des contraintes liées à ces mêmes structures, par exemple en organisant les cours sur deux journées consécutives après ou avant un week-end.
  • Pour les élèves relevant de l’enseignement spécialisé de type 5, l’accueil et la prise en charge des élèves s’est faite en concertation avec l’équipe pluridisciplinaire et l’équipe «médicale» dans le respect des besoins spécifiques et des objectifs prioritaires identifiés dans le Plan Individuel d’Apprentissage et/ou le Plan Individuel de Transition et en fonction du respect de règles sanitaires.

 

Le 25 mai sont rentrés en classe:

  • Les élèves de 1ère primaire et si possible de 2ème primaire, à concurrence d’1 jour par semaine maximum, par groupe de 10 maximum ;
  • Les élèves de 2ème secondaire, à concurrence de 2 jours par semaine maximum, par groupe de 10 maximum ;
  • Des élèves en difficultés.
  • À concurrence de 1 jour par semaine maximum par groupe de 10 élèves maximum, sont rentrés :
    • les élèves qui intègrent l’enseignement secondaire l’an prochain parce que le Conseil de Classe, en fonction de l’orientation envisagée en lien avec les besoins et les objectifs prioritaires identifiées dans le PIA et ou le PIT, estiment qu’un retour à l’école est pertinent.
  • Enfin, dans une logique de répit des parents, des élèves pouvaient être pris en charge par l’établissement. Cette décision de prise en charge a dû être concertée par la direction avec l’équipe pluridisciplinaire, les parents, le CPMS et/ou les différents partenaires extérieurs. Le cas échéant, cette décision devait être communiquée aux responsables régionaux des transports scolaires. Un contact a été systématiquement pris avec les parents de chaque enfant pour expliquer les modalités de prise en charge, notamment en matière de transport scolaire.

 

Étant donné les conditions exceptionnelles sanitaires, la Ministre de l’Éducation a permis aux parents de décider de ne pas organiser la reprise des cours en présentiel de leur enfant sans sanctions liées à ses absences injustifiées et sans préjudice dans la sanction des études de cette année scolaire.  L’école s’est vue chargée alors de contacter les parents pour maintenir un lien et organiser la continuité pédagogique.

Comme les autres acteurs scolaires, la FAPEO a été invitée lors des réunions de concertation avec le Cabinet de la Ministre de l’Éducation, à faire remonter la manière dont les familles ont vécu ce retour à l’école. La FAPEO est restée en permanence vigilante :

  • Aux conditions sanitaires et à l’application de mesures sanitaires et de prévention.
  • Aux conditions d’accueil de qualité dans les garderies.
  • À la possibilité de créer du lien social positif dans les circonstances.
  • Au bien-être des élèves (par exemple, la capacité pour les élèves de supporter des heures durant un masque).
  • À la nature des apprentissages donnés.
  • Aux consignes adressées aux écoles en vue des délibérations des Conseils de classe.
  • À la manière dont les orientations scolaires vont être effectuées étant donné que ni les élèves ni les parents ne sont responsables de la situation.

 

 

Télécharger l’analyse « 3.20 / COVID-19 et déconfinement scolaire. Enquête – Fin de l’année à l’école ou à la maison à partir du 18 mai ou 25 mai ? Avis des parents d’élèves de primaire et secondaire.« , une analyse de Véronique de Thier et Joëlle Lacroix.

 

[1] Enquête : Fin d’année à l’école ou à la maison, vos impressions ? www.fapeo.be/covid-enquete-fin-dannee/

[2] Circulaire 7550 – Coronavirus Covid-19: décision du Conseil National de sécurité du 25 avril 2020

http://enseignement.be/upload/circulaires/000000000003/FWB%20-%20Circulaire%207550%20(7803_20200425_153614).pdf

[3] Joëlle Lacroix, Véronique de Thier, COVID-19 et déconfinement scolaire : fin de l’année à l’école ou à la maison, impressions de parents des maternelle, une analyse de la FAPEO :  www.fapeo.be/analyse-deconfinement-maternelles/

[4] Check-list destinées aux écoles :  www.fapeo.be/wp-content/uploads/2020/05/Check-list-COVID-19-à-destinations-des-écoles-denseignement-primaire-secondaire-ordinaire-et-spécialisé-ain24235.pdf